3 mai 2018 Etienne Laffaire

 

MEET THE ENTREPRENEUR

Maxime Blum | FIREBNB

 

Être entrepreneur, ça veut dire quoi ? C’est un métier au fait ? Un état d’esprit peut-être ?

Chaque mois, nous vous proposons de donner la parole à ceux qui ont mis l’entrepreneuriat au coeur de leur vie afin d’en comprendre mieux les enjeux.

Qui d’autres qu’eux pour en parler  ?

 

Aujourd’hui, c’est  Maxime Blumfondateur de Firebnb, qui nous livre son expérience.

 

 

La suite de l’interview, c’est par ici :

 

The Bridge : Qu’est-ce que tu as appris sur toi depuis que tu es entrepreneur ?

Maxime Blum : Tout. Je pense que le fait d’être entrepreneur m’a permis de découvrir ce que je voulais, qui j’étais, tout un tas de choses sur moi que je n’imaginais même pas. Ça m’a permis aussi de mûrir. J’ai attendu d’avoir 35 ans et d’être entrepreneur pour vraiment passer un cap.
Maintenant quand je fais quelque chose, je réfléchis à pourquoi je le fais. Est-ce que c’est vraiment important de le faire ?  Est-ce que ça rentre vraiment dans nos priorités ?

The Bridge : Quelles ont été les principales difficultés que tu as dû surmonter ?

Maxime Blum : J’ai rencontré des dizaines de difficultés et j’en rencontre encore aujourd’hui. Monter une boîte, c’est uniquement régler des problèmes les uns après les autres. C’est ça aussi qui est intéressant, c’est qu’on a toujours l’impression que quelque chose est impossible jusqu’à ce qu’on le décompose en toutes petites briques et chaque brique, elle, est faisable. C’est des petits problèmes qu’on va régler un par un jusqu’à arriver où on veut.

The Bridge : Quelles sont les choses que tu aurais voulu savoir, qui t’aurais fait économiser beaucoup de temps ou beaucoup de ressources ?

Maxime Blum: On ne le dit jamais assez, c’est savoir s’entourer des bonnes personnes. Se mettre au milieu de gens qui n’ont pas forcément fait exactement la même chose, mais qui sont à des stades plus ou moins avancés et qui peuvent dire ce qu’ils ont fait comme erreurs.
J’ai commis un certain nombre d’erreurs. Parce que je ne me suis pas toujours assez renseigné. Car je ne suis pas assez allé voir des entreprises qui font la même chose que moi et qui auraient pu me dire : attention tu vas dans le mur, ça ne fonctionnera pas.

The Bridge : Quel est selon toi le rôle d’un accélérateur ?

Maxime Blum: C’est celui qui va ouvrir vers des réseaux qu’on ne connaît pas, qui va permettre de faire l’entremetteur vers des financements, vers des experts, vers tout un tas de personnes qu’on n’a pas dans son entourage proche.
L’autre rôle, c’est de nous remettre dans le droit chemin quand on a le nez dans le guidon et qu’on n’est plus capable de savoir ce qu’on fait et si on le fait bien. Donc ça a aussi un rôle de Père Fouettard.

The Bridge : Tu as participé à la session d’accélération d’automne 2017, qu’est-ce que t’as apporté l’accompagnement de The Bridge ?

Maxime Blum: Ça m’a permis, pour moi qui commençais à avoir la tête vraiment dans le guidon, d’avoir quelqu’un que je puisse mobiliser à chaque fois que j’ai un problème. Quelqu’un de disponible, rapidement et qui me dise là où il pense que j’ai fait une erreur, sans aucun détour.
En bref : ça m’a apporté un regard expert, critique et bienveillant.

 

The Bridge : Quels sont tes objectifs ? Ton agenda 2018 ?

Maxime Blum : Aujourd’hui, on a un produit qui fonctionne, on a des clients, et maintenant le but ça va être de s’approcher de la rentabilité.
Ça va donc passer par une levée de fonds pour avoir les experts nécessaires au niveau développement informatique, avoir des commerciaux qui vont permettre de récupérer plus de logements et avoir un spécialiste marketing pour les canaux d’acquisition, le référencement, etc. Enfin, on aimerait poser les premières briques d’un service d’accompagnement global.

Interview réalisée par Brice Croizer, startup manager chez The Bridge.

 

Je veux en savoir plus sur Firebnb ! 

Dernières actualités

Restons connectés